Retour à l'album
Les oubliés (2014)

Au bout d'années de labeur, voilà qu'a sonné l'heure.

Comme chaque jour depuis longtemps,
Il s'apprête devant la glace,
Passe dans ses cheveux sa main d'un geste lent.
Sur son visage, les traces
Des épreuves et des tourments,
Qui le laissent aujourd'hui dans l'impasse.

Combien sont-ils qu'on a préféré laisser de côté,
Sur le bord du chemin ainsi relégués,
Longtemps utiles, qu'on a pourtant fini par oublier?

Bonnes ou mauvaises raisons,
Ils n'ont pas à en juger,
La décision est prise, leur a dit le patron.
Des plus jeunes et moins payés
Bientôt les remplaceront,
Qui se battent pour se faire exploiter.

Combien sont-ils qu'on a préféré laisser de côté,
Sur le bord du chemin ainsi relégués,
Longtemps utiles, qu'on a pourtant fini par oublier?

Commence alors un exil,
Des journées à cogiter,
A tourner dans la maison comme un fou dans l'asile.
A maudire, à ruminer,
S'effacer, perdre le fil
D'une vie devenue compliquée.

Combien sont-ils qu'on a préféré laisser de côté,
Sur le bord du chemin ainsi relégués,
Longtemps utiles, qu'on a pourtant fini par oublier?