Retour à l'album
I am the peacock (2012)

See me walking, gracefully, proudly,
Despite this tail I drag behind me,
Which hampers my gestures, unfortunately

I've always wondered why Daddy and Mummy
Gave me life on Earth whith such a trophy
Which hinders my flight, desperately

I remember Pa and Ma, right from the start,
Telling me how to strut, showing me how to be smart
For the world to know, for the world to see,
How I command respect, only driven by pedantry

Well to tell the truth, I'm stuck here on the ground,
I'm not strong enough to take off my ten pounds,
Nor to fly to escape from danger
Or hide in a tree to hold off strangers

Oh, I wish...

I could fly so high
That I could reach the clouds,
I could touch the sky,
Even kiss the stars.

I would spread my wings
Gliding over countries,
Crossing new frontiers,
And throughout the seas

Being so fast and so snappy
We keep daring, my kind and me,
We gather to slice through the air,
Banking, diving without any care.

We hug the rifts,
Duck the peaks,
Rush faster and faster,
Fly higher and higher.

But I'm the Peacock, still stuck on the ground,
Wearing the appearance of a desperate clown.
Unable to do more than flaunting my tail
Over my head, like an useless sail.

Whatever you do to raise a child
Don't break the dreams he's got in mind.
You shouldn't stop him from making his own way
Just to look like you… he would go astray.
Keep in mind if you ruin his self-confidence
You might sacrifice essence for appearance.

Ce morceau est une allégorie. Et c'est en anglais que je l'ai écrit. En effet, autant je n'ai aucun problème pour décrire en français les sentiments, les émotions, les impressions et les états d'âme, autant je suis incapable d'utiliser la langue de Molière pour mettre en scène des personnages... Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, mais il n'y a rien à faire.

J'ai donc logiquement choisi la langue de Shakespeare pour illustrer cette histoire d'oiseau dont les rêves ont été brisés tout petit, contraint de rester conforme à l'image de ceux de son espèce et de renoncer à ses aspirations.

S'il fallait apparenter ce morceau à un genre musical, c'est définitivement celui du Rock Progressiste, puisqu'il raconte une histoire comme une scénographie, avec une succession de tableaux illustratifs aux couleurs différentes et variées.

Ma maîtrise de l'anglais n'étant pas parfaite à 100%, je dois remercier mon amie Paula, rencontrée sur un forum de musiciens en tant que Aussie Angel (et elle porte bien son pseudonyme), qui, grâce à la magie d'Internet, m'a apporté depuis l'Arizona, quelques judicieuses corrections pour présenter un texte irréprochable (et une oreille extérieure pour valider le mixage).