Retour à l'album
Foutue Mélancolie (2012)

Même pas le temps de vieillir, tu veux déjà mourir.
Tu habilles ton désespoir en le parant de tout ce noir.
Chaque jour tu te replies sur cette foutue mélancolie.
Tu t'enfonces toujours plus creux happé par ce cercle vicieux.

T'as quoi?
Même pas quinze ans!
Tu penses avoir fait le tour
En un semblant d'histoire d'amour.
Tu vois quoi?
Une vie où rien n'est donné,
Où faut te battre pour exister.
Mais veux-tu seulement gagner?

Tu fuis les ressorts du cœur,
Tu te complais dans la douleur,
Et tu te gaves de malheur,
Pour donner corps à tes peurs.

Loin, tu te tiens loin de la lumière.
(Voit-on le jour quand on s'enterre?)
Rien, tu n'aimes rien que d'éphémère,
C'est comme ça que tu te préfères.

Regarde. Regarde autour de toi.
Est-ce que tout l'monde baisse les bras?
Même envahis de dépit
Ceux qui jalonnent ta vie,
Se démènent chaque instant,
Pour t'arracher à ton néant.

Même pas le temps de vieillir, tu veux déjà mourir.
Tu habilles ton désespoir en le parant de tout ce noir.
Chaque jour tu te replies sur cette foutue mélancolie.
Tu t'enfonces toujours plus creux happé par ce cercle vicieux.