Retour à l'album
Derrière l'orage (2014)

Sans crier gare, elle nous a surpris.
La colère des cieux a jeté à l'abri
D'un kiosque désert deux amoureux transis,
Fascinés par les jeux de la pluie.

Mais déjà les éléments s'apaisent,
La fureur, enfin, fait une trêve..
Des perles d'eau, délicatement,
Brillent encore sur ton visage d'enfant.

Derrière l'orage qui l'a délavée,
La vie repointe le bout de son nez,
Relève la tête, comme étonnée,
Hésitante, mais purifiée.

Les herbes folles, qui ployaient sous l'eau,
Se redressent dès la fin de l'assaut.
Au bout des feuilles, bercées par le vent,
Les gouttes scintillent comme autant de diamants.

Quelques secondes de silence,
Puis les oiseaux rassurés s'élancent.
Dans l'air humide, au soleil voilé,
Ils offrent à la brise leurs ailes déployées.

Derrière l'orage qui l'a délavée,
La vie repointe le bout de son nez,
Relève la tête, comme étonnée,
Hésitante, mais purifiée.

Dans le parc déserté,
La quiétude revient nous entourer.
Sur tes lèvres, je dépose un baiser,
Je saisis ta main, il nous faut rentrer.